De l'abbaye bâtie, sur l'emplacement d'un castrum Gallo-Romain par Roger de Tosny en 1035, ne reste qu'un bâtiment (l'Hôtellerie),  sur le côté des arcs-boutants, des colonnes du Cloître (XIVème) et la porte d'entrée de l'Eglise Abbatiale (XIIème).

Roger Ier de Tosny fonde en 1035, à l'endroit appelé Castillon, une abbaye bénédictine. Il y fait venir quelques moines de l'abbaye de Fécamp parmi lesquels se trouve Gislebert (ou Gilbert), premier abbé. Grâce à des donations, l'abbaye possède des prieurés en Angleterre, ceux de Wotton et d'Horsham. L'abbaye est ravagée pendant la guerre de Cent Ans.

L'abbaye de Conches conservait les reliques de Saint Maximin, évêque, et de Saint Vénérand. Le Comte de Laval était possesseur du château et de la terre d’Acquigny. Jean, abbé de Conches, lui avait fait don d'une notable portion de la partie antérieure du chef de Saint Vénérand, qu'il conservait dans son château d’Acquigny. La remise en avait été faite le 15 mai 1480, et les reliques seront conservées dans l’Église Sainte-Vénérand de Laval.
Nicolas Le Vavasseur, abbé de Conches, ordonne la rédaction de la compilation des biens de l'abbaye, qui aboutit en 1515. Elle subit la réforme mauriste en 1630. À la Révolution, à la suite de l'intervention des colonnes infernales de Turreau, de nombreux bâtiments sont détruits, parmi lesquels l'abbatiale. Seuls subsistent quelques contreforts et arcs-boutants.

Il reste aujourd'hui l'ancienne hôtellerie, le pressoir, des celliers et une partie de l'enclos. 

Site inscrit aux Monuments Historiques.

plan abbaye 8b172

Autres sujets dans "tourisme"