Du 28 septembre au 23 novembre 2019

4 Lieux, 3 expositions, 1 projection-débat, des ateliers photographiques, un concours photo

Avec son Musée du Verre créé il y a quinze ans et désormais labellisé Musée de France, son Musée du Pays de Conches, sa Maison des Arts, sa nouvelle salle de spectacle, sa médiathèque et son école de musique et de Danse, la Ville de Conches - qui ne compte pourtant que 5000 habitants - n'a cessé d'affirmer son engagement en direction de la création.
Pour sa 8ème édition, la Biennale Photographique de Conches est la seule manifestation photographique organisée dans l'Eure qui soutient la photographie professionnelle.

Commandes photographique, aides à la création et à l'édition, enrichissent depuis seize ans maintenant les collections photographiques de la Ville. Présentation d'expositions inédites, projection de film et débats composeront encore le cœur de la programmation de cette année.
Ici à Conches, les photographes sont respectés et les droits d'auteur sont versés à chacun des exposants en accord avec les tarifs préconisés par l'UPC.
La commande photographique est, elle aussi, rémunérée sous forme d'avances sur ces droits.
Aucune somme d’argent n’est demandée aux photographes qui souhaitent soumettre leur candidature.

L'accessibilité la plus large possible est aussi offerte aux différents publics. Gratuité des lieux d’exposition, travail avec les écoles et les associations locales et dispositifs de médiation sont mis en œuvre à cette fin. Des dizaines de livres récents sont aussi proposés à la consultation dans les lieux d'exposition.
Alors que l'institution culturelle privilégie la mise en avant du processus de création chez les auteurs, la Biennale de Conches à l'image des orientations du Musée du Verre s'efforce de considérer en priorité le travail du photographe.
Depuis la création de la Biennale, les photographes retenus sont venus de tous les départements, mais la commande, passée chaque année à l'un d'entre eux, a toujours été en lien avec notre région, son économie, ses hommes et ses paysages et son histoire.
Par exemple lors de Biennales précédentes :
- Olivier Mériel et le paysage et l'édition du livre "Secrets du Pays d'Ouche" Edts. Nazraeli Press
- Wanda Skonieczny et le thème du lin et l'édition du livre "Li(e)ns" Edts. Filigranes

Enfin, et alors que la France reste pour le monde entier la grande nation des droits de l'Homme, nous revendiquons aussi notre volonté de maintenir les valeurs et les expressions humanistes de la photographie.
C'est en effet nos grands photographes humanistes qui ont porté au plus haut l'image de notre pays dans le monde. Abandonnées pourtant de l’institution culturelle, ces valeurs sont loin d'être désuètes. Elles sont plus que jamais au cœur des besoins de notre société et sont des moyens possibles pour lutter contre la lente déshumanisation de notre époque et refuser la monté des populismes, l'intolérance et les discriminations.
Depuis la création de la Biennale photographique et lors de chaque édition, Conches a toujours pris soin de faire découvrir et de soutenir un ou plusieurs photographes s'inscrivant dans cette démarche.
Cette année est cependant une année de transition. En effet, les travaux de constructions du nouveau musée du verre, nous ont obligé à réduire le nombre des expositions. En effet, le musée du verre va intégrer bientôt, un important lieu de mémoire de notre ville, l’ancienne abbaye de Conches. Pour cette raison, nous avons décidé de demander à la population de Conches de retrouver les anciennes photographies en sa possession. Une photographe, Agnès Pelletier a été chargée de collecter les photographies, de les numériser et de nous proposer une exposition.
Un livre sera aussi édité.

Christian Gobert
Adjoint aux affaires Culturelles

 


Maison des Arts et du Tourisme : Joséphine par Arno BRIGNON

Joséphine 2009 – 2018 (En cours)

Arno Brignon1er juillet 2009, naissance de Joséphine. Le doute et les peurs se mêlent à la joie et à la ferté. Avoir un enfant peut être la chose la plus simple du monde. Pour nous, ce fut long, improbable, unique. À la maternité, ils appellent cela une « grossesse précieuse ». C'est aussi un déséquilibre annoncé à notre vie de couple, une histoire d'amour à deux à reconstruire à trois.
Depuis ce moment, je photographie notre famille. D'abord sans y faire attention, avec l'appareil qui me vient sous la main, Les planches contacts s’empilent. Apparaissent alors des photos qui vont à l'inverse d’une photographie de famille qui, comme Bourdieu la qualifie, « n’est conviée que pour ces bons moments qu’elle transforme en bons souvenirs ». Je mets ces photos de côté, celles aussi où l’étrangeté transpire. La série se construit, mais la suite devient moins spontanée : je cherche la bonne photo. Alors j’arrête.
Joséphine a 9 ans aujourd'hui et les doutes se sont dissipés. L'amour est une évidence. La peur de la mort en est une autre. Je vis avec les deux. Le cocon familial s'effrite avec l'entrée à l’école. Je reprends l'appareil. Je photographie Joséphine, dans une lutte qui semble perdue d'avance, pour qu'elle ne m'échappe pas trop vite, pour que la fusion douce et amoureuse de ce microcosme à trois perdure. J'y ai trouvé ma place. Le temps passe et je peux enfin dire que plus rien ne s'oppose à la nuit, rien ne justifie… et qu'il me reste tout à oser. Arno BRIGNON

Exposition ouverte, en octobre du mardi au vendredi de 14h à 17h30 et le samedi de 9h30 à 12h30 et de 14h à 17h30 - En novembre du lundi au vendredi de 14h à 17h30
Maison des Arts et du Tourisme
Place A. Briand
27190 Conches-en-Ouche


Musée du Pays de Conches : "Une ville de France, Conches en Ouche et son pays"", collecte photographique par Agnès Pelletier

anne pelletier

Une ville de France,
Conches-en-Ouche et son pays,
1850 - 1970
Les photographies retrouvées par ses habitants
Collecte et numérisation d'Agnès Pelletier

Jardinerie E. Bourgeois, vers 1910, photographe inconnu.

Depuis le début du XXIème siècle, la Ville de Conches a passé des commandes à des photographes pour qu'ils rendent compte de ses paysages, de son économie et des hommes et les femmes qui font l'histoire de Conches et de la région normande.
C'est cette fois les habitants de notre ville qui ont permis l'exposition.
Les époques, se côtoient et se chevauchent pages après pages dans la coïncidence des thèmes qui ont surgi spontanément et au fur et à mesure que les photographies arrivaient. Cette manière de faire a renforcé la valeur poétique et symbolique dégagée par les images. 

Le musée du pays de Conches organise aussi :
Un atelier photo pour le jeune-public (8-12 ans) le jeudi 31 octobre, de 10h30 à 12h. Pendant les vacances de la Toussaint, les jeunes publics découvriront la 8ème biennale photo à travers une visite commentée des photographies exposées puis s'essaieront à la photographie dans le musée et l'arboretum. Gratuit mais sur réservation
Des visites guidées de l'exposition les 17 octobre et 14 novembre, à 15h. 

Exposition ouverte du mercredi au dimanche de 14h à 18h
Musée du Pays de Conches
Arboretum, rue Paul Guilbaud
27190 Conches-en-Ouche


Salle de spectacles : "De la famille paysanne au travailleur solitaire" par Christian Malon

 De la famille paysanne au travailleur solitaire, 1967 - 2017

Christian MalonLa France rurale subit un rétrécissement vertigineux et de plus en plus rapide :
2,8 % de la population active en 2016, soit 754 000 personnes dans un pays de plus de 60 millions d'habitants.
« Le monde paysan, il n'existe plus. Et quand on commence d'être nostalgique de quelque chose qu'on n'a pas connu... » Jean Louis Murat.
Un monde en voie de disparition avait prévu Henri Mendras en écrivant « La Fin des Paysans », en 1967, et pourtant vital, sans cesse soumis à des injonctions contradictoires.
Ancestral par son rythme, mais lancé à pleine vitesse dans le capitalisme financier, la tyrannie des cours mondiaux, les investissements démesurés. Sommé de produire toujours plus et toujours plus vite, puis accusé d'empoisonner la population !
On est passé de la ferme à la firme...Peut-on penser un modèle d'une agriculture postproductiviste ?
Ce monde paysan a été bouleversé par des crises sanitaires majeures, - Vache folle, peste porcine, grippe aviaire, herbicides toxiques... Les agriculteurs se sentent mal aimés, peu considérés... Sont-ils les seuls responsables ?

Le monde paysan s'est longtemps appuyé sur la famille.
Dans cet univers, plus que partout ailleurs, l'imbrication étroite de la famille et de l'entreprise, avec en plus des difficultés économiques et des ressorts affectifs, ont rendu les transformations encore plus compliquées. La place de la femme était autrefois (après la 2ème guerre mondiale) essentielle dans la tenue et l'évolution des fermes. Le chemin parcouru depuis est considérable, peut être encore plus qu'en ville. Les mutations de la condition féminine ont pénétré dans les cours et les cuisines des fermes normandes, et ailleurs...
Aujourd'hui, tout a explosé, à la fois la place des femmes dans la réalité économique des exploitations, et leur rôle dans la famille.
Elles sont chef d'exploitation 27 %
Salariée du GAEC 29 %
Nombreuses sont celles, épouses ou compagnes d'agriculteurs qui travaillent en dehors de la ferme : infirmière, médecin, aide à domicile, institutrice...dans la ville proche.

« L'informaticienne du Pays de Caux a quitté depuis plusieurs années le service de la ferme. Elle est employée de bureau dans une usine de la vallée. Son compagnon exploite une belle exploitation d'un peu plus de cent hectares, vaches laitières, céréales et maïs. Elle en a repris la gestion, mais pas question pour elle de l'aider aux vaches !... La vieille dame très digne du pays d'Ouche écarte les ronces qui jaillissent de la haie et qui la griffent. Elle regarde les bâtiments neufs du GAEC. Les garçons ont réussi. Il en est trop qui échouent et qui partent. Elle trébuche sur une branche morte. Le garçons feraient bien aussi d'entretenir les haies comme il faut. Ils n'ont jamais le temps, disent-ils. Elle soupire ? Elle poursuit son chemin. »

Armand Frémont in « Paysans de Normandie, aujourd'hui »
Editions OREP 2015 avec Christian Malon

Exposition ouverte du mardi au samedi de 14h à 17h30
Salle de Spectacles
14, rue Jacques Villon
27190 Conches-en-Ouche


Salle de Spectacles et Médiathèque : Projection de "Souriez, vous êtes mariés" de Gertrude Baillot suivie d'un débat en présence des photographies invités de la Biennale.

Gertrude Baillot

Dans le double cadre de la Biennale photographique et du Mois du Film documentaire, la Salle de spectacles et la Médiathèque projetteront le film Souriez, vous êtes mariés

Accompagnés des photographes qu’ils ont choisis pour témoigner de l’événement, trois couples s’apprêtent à se marier. En bons professionnels, les photographes guident les futurs époux à chaque étape des préparatifs et du déroulé de cette journée très spéciale. Pourquoi se marier ? Comment photographier l’amour ? Que deviendront ces photographies de mariage ? C’est quelques-unes des questions auxquelles répond ce film rythmé, joyeux et émouvant.


La projection aura lieu le jeudi 7 novembre 2019 à 19h.
Médiathèque et Salle de Spectacles
14, rue Jacques Villon
27190 Conches-en-Ouche


Médiathèque : Ateliers photographiques

Vincent Brien consacre une partie de son activité de photographe à des ateliers photographiques.
Pour les adultes, un atelier d’initiation à la photographie sera proposé le samedi 28 septembre 2019 (de 10h à 12h et de 14h à 17h ; possibilité de pique-niquer ensemble)
Pour les enfants, 3 ateliers seront possibles :

Atelier « Je est un autre »
Samedi 5 octobre, 14h-17h
A partir de 8 ans
Gratuit, sur inscription
L'atelier propose par le biais de l'outil photographique d'aller à la rencontre de cet "autre". Les participants aborderont différentes techniques de montage, de composition ou bien encore de mise en scène qui permettront de créer leur double photographique, de l’imaginer, de manière libre et spontanée.
L’objectif de ce face à face étant de s’interroger sur sa propre image renvoyée par le medium.

Atelier cyanotype
Samedi 12 octobre, 10-12h / 14h-17h
A partir de 6 ans
Gratuit, sur inscription
Cet atelier proposera aux plus jeunes de s'initier à l'un des plus anciens procédés photographiques, le cyanotype. Il leur permettra de comprendre, en créant, le principe même de la photographie.
Le cyanotype est un procédé photographique ancien fabriqué à partir de sels ferriques ayant la particularité de réagir en étant exposés au soleil. Pour le développement, rien de plus simple : le passer sous l’eau. La singularité de cette technique est sa gamme de tonalité bleue sur l’image finale.
La journée se décomposera en plusieurs temps :
Matinée : découverte du procédé, réalisation individuelle de cyanotypes
Après-midi : réalisation d'une fresque collective grand format avec tous les participants

Atelier « des mots et des images »
Mercredi 23 octobre, 10-12h / 14h-17h
A partir de 8 ans
Gratuit, sur inscription
Cet atelier permettra aux participants d'allier les mots et l'image, grâce à la photographie : prendre une photo pour illustrer un texte, un mot, ou inversement, écrire un texte pour décrire une photo.

Ateliers cyanotype (public scolaire)
1, 2 et 3 octobre, 15h-16h
Les groupes des Temps libres et du Centre de loisirs venant régulièrement à la médiathèque pourront sur ces 3 jours s’initier à la pratique du cyanotype.


Le concours photo

 Pour cette 8ème édition de la Biennale photographique, la médiathèque de Conches vous propose de participer à un concours photo.

Quoi ? : vous êtes libre du sujet que vous présentez, il n’y a pas de thème imposé.
Quand ? : vous pouvez déposer vos photos (maximum 2 par participant) du samedi 28 septembre au vendredi 22 novembre 12h.
Pour qui ? : ce concours est ouvert à tous les photographes amateurs qui souhaitent y participer.
Où déposer les photos ? : à la médiathèque, vous serez invités à déposer vos photos accompagnées de votre bulletin de participation.
Quel format ? Vos photos devront être suffisamment grandes pour que le jury puisse en apprécier les détails (entre le format A4 / 20x30cm et le format A3 / 30x40cm).
Le jury, composé de photographes amateurs et professionnels, se rassemblera le samedi 23 novembre après-midi (14h30-16h30).

1er prix : un atelier de formation individuelle avec un photographe professionnel
2ème prix : un abonnement d’un an au magazine Réponses Photo
3ème prix : un exemplaire de « La Normandie des Photographes »,
de Farid Abdelouahab et Pascal Servain, publié chez les Editions des Falaises

Toutes les informations sont disponibles via le règlement du concours
Médiathèque - 14, rue Jacques Villon - 27190 Conches en Ouche Tél. 02.32.30.26.44

afficheAppel à la collecte de photographies du 1er août 2018 au 1er juin 2019

La 8ème Biennale photographique  aura lieu du 27 septembre au 24 novembre 2019. A cette occasion, nous vous proposons une exposition participative retraçant la vie et l'histoire des habitants de Conches et des environs, de la fin du XIXème siècle à 1979.

Pourquoi participative ? Parce que toutes les photos exposées seront les vôtres...
La photographe Agnès Pelletier se chargera de la numérisation en haute définition de vos photographies. Toutes figureront sur le site spécialement créé pour l'opération enrichissant ainsi le fonds d'archives de la commune. Certains tirages seront sélectionnés pour l'exposition.

Pour cela, la ville de Conches lance un appel aux personnes possédant des photographies dans leurs archives familiales. Tous les sujets des photographies seont les bienvenus.
Les photographies particulièrement recherchées sont celles montrant les membres de votre famille sur leur lieu de travail, travaillant aux champs ou à l'usine ; sur les marchés ou dans les commerces. Photos d'écoliers, photos prises pendant les guerres et toutes les images susceptibles de retracer la vie dans le Pays de conches. Les photographies immortalisant les grands moments de votre famille seront aussi les bienvenus.

Toutes les photographies de la fin du XIXème siècle à 1979 seront acceptées. En principe, le prêt des photographies ne devra pas dépasser le nombre de douze photos. Les photographies prêtées devront être des tirages papier de tout format, en noir et blanc ou en couleur. Les négatifs seront acceptés, s'ils sont accompagnés du tirage de l'époque. Les plaques de verre seront aussi acceptées, avec ou sans tirage de l'époque. Les acrtes postales ne font pas l'objet de la collecte.

Toutes les photographies prêtées pour la création de l'exposition seront rendues à leur propriétaire dans un délai de quatre mois environ.

Pour déposer vos photographies :
- au Musée du Verre, route de Sainte-Marguerite, 27190 Conches - du mercredi au vendredi de 14h à 18h - Tél. 02.32.30.90.41
- à la Médiathèque, 14 rue Jacques Villon, 27190 Conches - du mardi au samedi de 10h à 12h et de 14h à 17h30

Plus d'informations

Renseignements : 06.76.62.12.30 ou Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

Dans le cadre de la 7ème Biennale Photographique du samedi 23 septembre au dimanche 26 novembre 2017

Faisant l'objet de la commande de la ville de Conches, le projet "Parures" a permis à Christine Mathieu d'explorer les collections textiles, coiffes et parures en dentelle, d'institutions telles que le Musée de normandie à Caen ou le Musée des Beaux-Arts et de la dentelle d'Alençon. Elle élabore un espace où transitent les coiffes et pièces de dentelles et où les corps, ombres, spectres, elles, sont absents ou présents. "Christine Mathieu réinscrit dans le courant de la création artistique contemporaine une expérience liée à l'histoire de la condition des femmes ". Bérénice Geoffroy-Schneiter

 

Informations pratiques :
Musée du Pays de Conches
Arboretum - Rue Paul Guilbaud
Tél. 02.32.37.92.16 / Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

Exposition ouverte du mercredi au dimanche, de 14h à 18h du samedi 23 septembre au dimanche 26 novembre 2017
Fermée le 11 novembre

 saif logo quadri vect 286cclogo copie privee rose 31729

[Film documentaire]

Vendredi 10 novembre 2017 à 19h / Tout public 

Dans le cadre du mois du Film Documentaire 2017 et de la Biennale Photographique de Conches,  la Médiathèque de Conches vous propose de (re)découvrir le travail de Vivian Maier (1926-2009) à travers le film

7ème Biennale Photographique -  Identité, Etre ou paraître

La 7ème biennale photographique de Conches se tiendra du 23 septembre au 26 novembre 2017 dans les centres culturels de la commune et de la communauté de communes du Pays de Conches (Maison des Arts, musées, médiathèque, salle de spectacle) et dans les rues de Conches.

Créée en 2004, chaque édition de la Biennale Photographique de Conches est l'occasion de passer une commande artistique à un photographe  qui réalise un travail sur le Pays de Conches, ou plus globalement sur la Normandie, en rapport avec le thème retenu.

Pour la septième édition, la commande artistique est passée à la photographe Christine Mathieu et le thème retenu est : Identité, être ou paraître. 30 tirages de ce travail seront exposés au Musée du Pays de Conches et conservés par la commune de Conches. Un catalogue sera édité.

La Biennale photographique de Conches a également invité :

Elodie Guignard, exposition de rues et exposition à la Salle de Spectacle. ("Elodie Guignard sublime l'art du portrait qu'elle sait mener de l'autre côté du miroir optique" - Christine Barbedet)

Julie de Waroquier, exposition à la Maison des Arts. "Pour Julie de Waroquier, chaque image est comme échappée de l'imagination. Elle est à voir comme la capture d'un rêve qui serait devenu réalité". - Compétence photo N°26

Denis Brihat, exposition "Biot, la construction d'une entreprise" au Musée du Verre.

Exposition photographique du 28 mars au 25 avril 2015, à la Maison des Arts - Ouverte du mardi au vendredi de 14h à 17h30, samedi de 9h30 à 12h30 et de 14h à 17h30. Entrée libre

Voyages… ce mot raisonne comme une invitation à la découverte de notre chère planète Terre. Mais quand il prend la forme d’un périple au long court de six mois, au rythme des changements de continent, cela s’apparente à la réalisation d’un rêve. Bolivie, Chili, Argentine, Polynésie, Nouvelle Zélande, Australie, Indonésie et Népal : des pays à la nature aussi riche et magnifique que fragile. Les endroits les plus sauvages ont été atteints après de longues heures de marche, à braver les éléments, pour ramener des images des quatre coins du globe. Elles se veulent un hommage aux contrées où la nature est encore reine… mais pour combien de temps.

La création de cette exposition a pour but de sensibiliser le grand public à la fragilité de la nature, notamment des grands espaces encore vierges, par le biais de la photographie d’art. Mes images sont désertées par l’Homme. La nature exprime toute sa puissance, tantôt poétique, tantôt indomptable, c’est sur elle que se concentre l’attention. Les éléments défient le temps en maîtres des lieux. Les ciels contrastés, les reliefs accidentés, l’eau lissée composent des paysages sauvages accentués par le noir et blanc. Il en naît une atmosphère intemporelle qui laisse le spectateur face à son imagination et à ses propres rêves.

Stéphane Delpeyroux

Informations pratiques :

Maison des Arts
Place A. Briand
27190 Conches

Tél. 02.32.30.76.42
Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

 

 

Ca s'est passé...